1. Choix de l’évaluation

Avant la signature du contrat, l’enseignant d'école de conduite doit procéder à une évaluation qui déterminera le volume prévisionnel de formation pratique. Il ne peut être inférieur à 20 heures de conduite en boite manuelle et 13 heures en boite automatique. Cette évaluation préalable permettra donc aussi d’estimer le prix indicatif de la formation.

En fonction de l’expérience du candidat au niveau de la conduite, il sera procédé soit à une évaluation sur véhicule (déjà conduit, transfert autre auto-école avec des heures de formation pratique, annulation, …) ou à une évaluation sur tablette avec un logiciel (candidat débutant).

  1. Résultat de l’évaluation

Toutes les auto-écoles ont pour obligation de faire suivre une heure d'évaluation à leurs nouveaux élèves. Cette heure d’évaluation permet de donner à l'élève un prévisionnel du nombre d'heures requis, qui ne sera alors pas étonné ou déçu si le nombre d'heures qu’il devra effectuer pour décrocher son permis de conduire est supérieur aux 20 (ou 13) heures prévues par la loi.

Ce volume horaire n’est toutefois pas définitif. Il peut être revu à la hausse ou à la baisse mais il fixe un cap important à l’élève qui peut ainsi situer son niveau par rapport aux exigences demandées lors de l’examen pratique du permis de conduire et permet aussi d’établir une première estimation du coût total du permis.

  1. Prise en compte du handicap

En tant qu’ERP catégorie 5, nous sommes agréés pour recevoir du public avec handicap par l’aménagement des locaux (portes, bureaux d’accueil, …)

Le Ministère des Transports se charge de définir les restrictions concernant la conduite des personnes en situation de handicap. Les conditions d’aptitude sont ainsi exposées dans l’Arrêté du 21 décembre 2005. Ce texte officiel autorise la conduite automobile pour les personnes en situation de handicap ou victimes de pathologies diverses.

L’arrêté prévoit donc la réalisation d’une évaluation des aptitudes physiques qui va permettre de déterminer si les incapacités constatées risquent d’empêcher une manœuvre efficace et rapide ou de gêner le maniement des commandes en toutes circonstances, notamment en situation d’urgence. Cette évaluation est prévue lors d’une visite médicale. Il est utile de préciser que quelques capacités sont indispensables et obligatoires pour une conduite automobile en toute sécurité :

  • une suffisance cardiaque sans trouble fonctionnel grave
  • une acuité visuelle minimum de loin à l’épreuve d’acuité binoculaire. Elle doit être au minimum de 5/10ème avec correction. Si l’un des deux yeux a une acuité visuelle inférieure à 1/10ème, l’acuité visuelle avec correction doit être supérieure ou égale à 5/10ème.
  • un système attentionnel de qualité
  • une perception de la vitesse et des distances de qualité

Elle permet de définir l’aptitude de la personne à conduire une voiture selon ses capacités et limites fonctionnelles. Dans la plupart des cas, les atteintes de l’appareil locomoteur ne sont pas un obstacle à la conduite à condition d’apporter des aménagements au véhicule pour compenser ce handicap. La visite médicale est effectuée par un médecin agrée par la préfecture.

Si la visite ne prévoit que l’utilisation d’un véhicule équipé d’une boite automatique ou d’un embrayage automatique, l’élève pourra poursuivre sa formation au sein de l’auto-école. L’évaluation sera alors réalisée sur un véhicule à boite automatique au lieu d’une évaluation sur tablette.

Dans le cas contraire, il sera orienté vers une auto-école adaptée du département ou au plus proche : http://www.ceremh.org/espace-automobile_base-auto-ecoles-adaptees.html